Thursday, December 15, 2016

MY FEELING ABOUT ALEP ETC.

This false common responsibility, which I see flourishing everywhere, disgusts me. It is the supreme “I feel for you” con. Indignation is a permanent state for me, it did not start at Aleppo, Srebrenica or elsewhere. I am, like you, like most, completely powerless. But not guilty. I am not the one who should wring my hands, sign useless petitions, self-flagellate myself. The next time you go vote, think about Aleppo and those you’re about to elect. Think of Spain in 36, about Sarajevo, about the Kurds who fight in the front line to protect you and are massacred by Erdogan. Think about what horrors and treasons your vote will allow on your behalf. Think about the weight that your just indignation weighs on the government you have or will put in place. Think about it and tell me where the real responsibility lies.

MON SENTIMENT SUR ALEP, ETC.


Cette fausse responsabilité commune que l'on voit fleurir un peu partout m'écoeure. C'est l'arnaque suprême au bon sentiment. L'indignation est un état permanent chez moi, elle n'a pas commencé à Alep, à Srebrenica ou ailleurs. Je suis, comme toi, comme vous, comme la plupart, totalement impuissant. Mais pas coupable. Ce n'est pas à moi de me tordre les mains, de signer des pétitions inutiles, de m'auto-flageller. La prochaine fois que vous aller voter, pensez à Alep et à ceux que vous aller élire. Pensez à l'Espagne en 36, à Sarajevo, aux Kurdes qui se battent en premiére ligne pour vous protéger et se font massacrer par Erdogan. Pensez à ce que votre vote va autoriser comme horreur et lâcheté en votre nom. Pensez au poids que votre juste indignation pèse sur le gouvernement que vous avez mis ou allez mettre en place. Pensez-y vraiment et dites-moi où se trouve la véritable responsabilité.

Thursday, November 3, 2016

POST-HUMAN, ANTHROPOCENE - THE HUBRIS OF WESTERN THOUGHT

Right now, the hottest new thing in pioneering thinking and in the media revolves around the posthuman (How to think the genetically modified man, the man-machine, man surrounded by things or thinking machines, etc. .) and the "Anthropocene", a new geological epoch marked (negatively) by the presence of Man. It is interesting that these two schools of thought, which often overlap, are based on two assumptions, i.e. on statements that need to be supported later. Indeed, for many geneticists, the post-human must be a change / mutation of homo sapiens, which does not seem ready to arrive, and many artificial intelligence researchers doubt that robots will ever be “intelligent” enough to threaten us on their own. Furthermore. for geologists, the mark of man on the geological layers is not obvious. I say right away that I am not a  fierce neo-liberal conservative, but an anarchist who is just trying to reflect and identify the real problems. It seems, therefore, more appropriate to consider these two theoretical fields as speculative fields, not as scientific truths. Now, what do these theories reveal, not on the future of the man or his environment, but of our way of thinking about the world? We are still and always stuck in a Western thought that cannot detach itself from its two fundamental - and catastrophic in many ways- characteristics, which are the Apocalypse and hubris. The Apocalypse, because we always run to disaster, or we're already there, and we must therefore save ourselves, even if it is against our will  (The ravages of the idea of "redemption"), and hubris, because we, humans, are able to change the world in our image, like real demiurges (positive or negative). There is a common thing in this double vision, either positivist (the post-human is the bright future of man) or pessimistic (the post-human announces the end of mankind, the power of robots, and the Anthropocene indicates a tragic point of a geological no-return ) which is, again, this decidedly Western ethnocentrism that we can’t seem to get rid of. Indeed, the post-human announces the end of what kind of humans? Those who are rich enough to be cloned or artificially enhanced. And about the Anthropocene: who will not survive climate change and other disasters? Us, because First Nations have a level of adaptability much higher than ours. Imagine for a moment a world suddenly without electricity, and compare what would happen in the Mongolian plains, in the Amazon forest and New York, Paris and Tokyo. To me, the post-human and the Anthropocene are the most glaring expressions of the anguish of the White (Wo)Man, a égrégore it creates to confront a world that it controls and understands less and less. A mestizo world, a young world, a rising new world made up of other non-white humans.

POST-HUMAIN, ANTHROPOCÈNE - L'HUBRIS DE LA PENSÉE OCCIDENTALE

En ce moment, la grande mode de la pensée d'avant-garde et médiatique tourne autour du post-humain (Comment penser l'homme génétiquement modifié, l'homme-machine, l'homme entouré de choses ou de machines pensantes, etc.)  et de l'"Anthropocène", nouvelle époque géologique marquée (négativement) par la présence de l'hommme. Il est intéressant que ces deux courants de pensée, qui se rejoignent souvent, reposent sur deux postulats, c'est à dire sur des affirmations qui se doivent d'être étayées par la suite. En effet, pour beaucoup de généticiens, le post-humain doit correspondre à une évolution/mutation de l'homo sapiens, ce qui ne semble pas prêt d'arriver. De plus. pour les géologues, la marque de l'homme sur les couches géologiques n'est pas non plus évidente, ni son effet réel sur le climat, hormis, bien entendu, la pollution. je précise tout de suite que je ne suis pas un farouche conservateur néo-libéral, mais un anarchiste qui essaie simplement de réfléchir et de cerner les vrais problèmes. Il me semble, par conséquent, plus judicieux de considérer ces deux champs théoriques comme des champs spéculatifs, et non comme des vérités épistémiques. Or que nous révèlent ces théories, non pas sur l'avenir de l'homme ou de son environnement, mais sur notre mode de penser le monde? Que nous sommes encore et toujours dans une pensée occidentale qui n'arrive pas à se détacher des deux aspects fondamentaux (et catastrophiques à bien des égards) que sont le millénarisme et l'hubris. Millénarisme, parce que nous courons toujours à la catastrophe, ou que nous y sommes déjà, et qu'il faut, par conséquent nous sauver, même si c'est malgré nous (Les ravages de l'idée de "rédemption"), et hubris, parce que nous, les humains, sommes capables de modifier le monde à notre image, en véritables démiurges (positifs ou négatifs). Il y a, par contre, une chose commune dans cette double vision soit positiviste (le post-humain est l'avenir radieux de l'homme), soit pessimiste (le post-humain annonce la fin de l'humanité, le pouvoir des robots, et l'anthropocène signale un point tragique de non-retour géologique), c'est, encore une fois, cet ethnocentrisme occidental dont on n'arrive décidément pas à se débarrasser. En effet, le post-humain annonce la fin de quel type d'humains? Ceux qui seront assez riches pour se faire cloner ou augmenter artificiellement. Et de même pour l'anthropocène: qui ne pourra pas survivre aux changements climatiques et autres catastrophes? Nous, parce que les Premières Nations ont un niveau d'adaptabilité beaucoup plus élevé que le nôtre. Imaginons un instant un monde brusquement sans électricité, et comparons ce qui se passerait dans les plaines mongoles, dans la forêt amazonienne et New York, Paris et Tokyo. Le post-humain et l'anthropocène sont l'expression la plus criante de l'angoisse de l'homme blanc, une égrégore qu'il fait surgir face à un monde qu'il contrôle et comprend de moins en moins. Un monde métis, un monde jeune, un monde nouveau constitué d'autres humains non-blancs.

Thursday, April 28, 2016

VOILE ET ANARCHISME

Puisque personne ne me le demande, je vais vous faire part de ma position comme anarchiste sur le voile, qui est, bien entendu, paradoxale et ne va pas faire plaisir à beaucoup d'entre vous. En tant qu'anarchiste il y a plusieurs éléments qu'il faut que je prenne en compte, même s'ils peuvent sembler contradictoires:
1) Tout symbole d'oppression ou de discrimination m'insupporte et m'est fondamentalement intolérable.
2) Tout individu a le droit de s'exprimer et de se vêtir comme il l'entend
3) En tant qu'athée, toutes les religions me semblent également irrationnelles, discriminatoires et dangereuses.
4) Même si je suis athée, tous les dieux et toutes les déesses sont les bienvenu(e)s dans ma maison.
Ce qui me frappe le discours des gens de gauche et des démocrates de droite  qui s'opposent au port du voile en France  (la burqa et le voile intégral sont un autre sujet à mes yeux) est l'imprécision de leur position. 
En effet, soit on est contre le voile parce qu'on est contre tout symbole religieux ostentatoire ou contre tout ce que la religion peut représenter - et cette position est pour moi légitime, et il faut dénoncer avec les perruques des femmes juives orthodoxes, les points rouges sur le front des Indiennes, les turbans des Sikhs et les fichus sur la tête des catholiques - tout comme l'est alors celle de la croyante qui est pour, parce que ce symbole représente, à ses yeux, son attachement à sa foi. Nous sommes là dans un débat d'idées classique - entre deux absolus de la pensée. 
Mais si sont on  attaque le voile à partir d'une position "féministe" ou "républicaine", ca commence à devenir pour moi un petit plus compliqué. Une des caractéristiques du discours culturel impérialiste ou colonial est justement de "parler pour" ou de "parler au nom de", et non de "parler avec". Quand on accuse les femmes musulmanes d'être soumises à, opprimées par ou complices d'une religion intolérante et dangereuse (ce qui, en passant, caractérise toutes les religions), ou pire, d'une culture (au sens nazi du terme, c'est à dire, "atavique") intolérante ou dangereuse, on prend un espace de parole qui va dénier celle de l'autre. Pourquoi? Parce que si on porte le voile, on est déjà discréditée et que les arguments de la défense sont niés d'avance. Pour moi, que des femmes d'origine musulmane discutent du voile avec d'autres femmes musulmanes, c'est tout à fait légitime. Que des féministes francaises se disent solidaires de ces femmes qui luttent contre le sexisme et les symboles d'une société/culture/religion machiste peut certes se comprendre (et certainement doit même se faire) mais avec cette nuance essentielle qui est de préciser leur point de départ.  Comme je l'ai dit plus haut: soit on combat TOUS les symboles religieux et toutes les religions qui oppriment les femmes (Et elles le font toutes), soit on accepte de stigmatiser une minorité et de courir le risque d'être traité(e) de raciste et/ou de xénophobe - ce qui est fondamentalement vrai. Lorsque Elisabeth Badinter dit "On a le droit d'être islamophobe", elle dit aussi "On a le droit d'être antisémite", ce qui est vrai dans l'absolu, mais qui historiquement implique beaucoup, beaucoup de conséquences pour le moins inquiétantes.
Les femmes musulmanes qui portent le voile sont une double minorité, et c'est à ce titre qu'il faut faire attention aux discours qui les stigmatisent. Elle sont devenues une cible symbolique, où leur apparence extérieure devient la "preuve" des dangers de leur religion. Comme dans tout discours raciste, l'individu devient le symbole du groupe - que ce soit le Juif, le Nègre, le Chinois, etc. L'indifférenciation permet de condamner l'ensemble au nom de la "preuve" qu'on a sous les yeux - comme les vitrines de ces Juifs "riches" et "profiteurs" dont on a brisé les vitrines durant la Nuit de Cristal. C'est pour cela qu'il est si important de parler avec nuance et sutout, de laisser parler l'autre. Accuser, "avoir raison" est toujours dangereux quand les arguments de départ sont faussés - parfois naïvement, parfois volontairement.
Nous assistons aujourd'hui à un nouvel amalgame (oui, je défend ce mot, au risque d'être traité "d'islamo-gauchiste", quoi que dans mon cas il s'agirait plutôt de "judéo-gauchiste") qui est d'autamt plus dangereux qu'il n'est souvent pas percu  comme tel. C'est le fameux "Je ne suis pas raciste, mais..." qui se traduit aujourd'hui par "Je ne suis pas anti-musulman (terme qui entre nous reste encore à définir), mais je suis contre le voile." C'est comme de dire "Je ne suis pas antisémite, mais je ne peux pas blairer les Juifs orthodoxes). Oui, mais les juifs orthodoxes sont juifs.  Et le voile fait partie de l'islam. On ne peut pas être semi-raciste, Par contre, on peut  être contre toutes les religions, qu'elles qu'elles soient, et justifier son propos soit politiquement, soit philosophiquement, soit les deux en même temps. Mais être partiellement raciste, non, ca n'est pas possible.
Dans les années trente, parmi nos intellectuels et écrivains se trouvaient un grand nombre d'antisémites. Certains sont devenus collaborateurs, d'autres pas, Mais s'ils n'ont pas tous les mêmes responsabilités vis à vis de la Shoah, ils étaient bien TOUS antisémites.
Le problème avec la foi, c'est qu'on ne peut pas décider pour les autres. Bakounine lui même l'a reconnu et a écrit, dans une lettre, qu'on me pouvait pas abolir une religion par décret. Il a même ajouté que tant que la société ne serait pas parvenue à rendre la religion inutile, il fallait l'accepter, et même, parfois, la protéger. Aujourd'hui, je me sens proche de Bakounine, pour exactement les mêmes raisons. Car ce n'est hélas pas que de religion dont on parle quand on parle du voile, mais de l'effacement d'une minorité "trop visible". 
Et ca, ca me donne froid dans le dos, car si je suis bien opposé à toutes les formes de religion, je m'oppose aussi à toutes les formes de fanatismes, y compris "laïcs". Le but de l'anarchisme, c'est de vivre bien ensemble, pas de vivre bien entre nous, sans les autres.
Donc, laissez-tomber cette histoire de voile, si vous êtes honnêtes, et concentrez-vous sur les vraies raisons de votre angoisse. 

PS: Ceci n'est pas non plus un parti pris  pour la "tolérance", mot que je rejette au plus haut point (voir un des articles plus bas). Il s'agit, au contraire, d'une proposition de dialogue dans le respect absolu de l'autre, ce non-moi-même dont la différence justement me définit et m'enrichit. Si l'universalité existe, c'est bien dans la différence qu'elle s'exprime.


Friday, March 11, 2016

THE WEST'S CHINESE DREAM

It is striking today to see how paradoxical the word "Freedom" has become in Western society. If the "freedom" of the markets is a positive things, the "Freedom" of the citizens is suspicious, and has to be constantly monitored and even temporarily (?) restricted. Products may move freely across borders, but not all citizens. What's more, the privileges of the super wealthy become the symbols of the first notion, while social racism and xenophobia are systematically attached to the second. Freedom has thus become (like democracy) a concept that can be read two different ways (at least) at the same time: one positive and official, one negative and threatening. We are moving more and more towards a Chinese model, as it is today, with a free for all (and corrupt) economy supported by a single Party relying on its propaganda tools. The dream of the crazy US Republicans today or of the Bruxelles ultra-liberal eggheads is indeed of a single-coloured society, with limited individual rights, in the name of a supreme good, the "Market", to which all must be sacrificed. A Chinese dream indeed - very far away from poor Adam Smith's ideals.